Jeannette Dale

12 items

    Jeannette Dale

    En 1973, Jeanette Dale travaillait chez Fairchild Electronics usine de Shiprock, au Nouveau-Mexique, découpant des puces informatiques avec une scie à diamant. Elle était la coupeuse la plus rapide de l'usine avec le meilleur dossier de qualité, produisant près de quatre fois plus de copeaux que ses collègues.

    Lorsque l'usine a fermé cette année-là, elle a perdu son emploi au salaire minimum et ne savait pas quoi faire. Sa mère, Juanita Begay, était une orfèvre bien connue depuis des années et a proposé d'enseigner le métier à Jeanette. Jeanette a constaté que la précision dont elle avait fait preuve en découpant les puces informatiques avait contribué à faire ressortir son travail.

    "Cela m'est venu naturellement", dit Dale, "la soudure était comme si j'étais né pour ça. J'ai montré ma première bague à un marchand et il m'a embauché pour lui faire des bijoux. J'aime travailler en or ou en argent , mais surtout de l'argent."

    Elle est aussi tombée amoureuse des belles pierres. "J'aime travailler autour de la forme de la pierre", dit-elle, "pour faire ressortir sa beauté naturelle. Avec des pierres uniques et uniques, vous pouvez créer des bijoux uniques et uniques en leur genre." Dale préfère le style Navajo traditionnel avec des estampages lourds et profonds et des finitions soignées. Elle suit également les conseils de son premier employeur sur un autre sujet, même si elle a travaillé pour elle-même pendant des années.

    "Il avait l'habitude de me dire de laisser une marque, une marque de scie ou quelque chose comme ça, pour montrer que les bijoux étaient faits à la main. Donc, je laisse toujours quelque chose."

    12 items
    Vu récemment